Rechercher
  • Gabthinker

Thérapie : stigma et préjugés

Mis à jour : avr. 18



Une idée préconçue très souvent répandue dans notre société est qu’aller voir un thérapeute est pour les faibles d’esprit.


Dans votre entourage, vous rencontrerez certainement quelqu’un qui vous racontera comment il/elle a pu surmonter sa dépression avec la seule force de son mental. Et qui donc, implicitement ou explicitement, vous incitera à ne pas aller consulter un professionnel si vous rencontrez des problèmes. Quelles peuvent-être les causes d’une telle hostilité à l’égard des thérapeutes ?


  • Environnement socio-culturel


Ayant grandi dans un pays du Sud du Sahara, je peux vous affirmer que l’idée même d’aller consulter un psychologue apparaît presque comme une infamie. Certains préfèrent au contraire aller consulter un guérisseur traditionnel sans aucune qualification à un expert dans le domaine médical.


Ils pensent que les thérapeutes sont des personnes que vous payez pour vous écouter, secouer la tête et vous sortir 2-3 phrases dans un jargon incompréhensible. C’est cette image qui est malheureusement véhiculée par les médias et le cinéma. Le thérapeute devient alors cet individu qui ne pense qu’à vous manipuler pour vous faire revenir et lui donner votre argent.


  • Pression externe


Il suffit de jeter un coup d’œil aux recherches sur le sujet pour faire un constat alarmant, la grande majorité des gens qui ont besoin d’une thérapie refusent d’y aller à cause de ce stigma. Il est beaucoup plus facile pour un individu d’accepter qu’il souffre d’une maladie physique telle que le diabète par exemple et suivre un traitement qu’un simple trouble mental.


D’un point de vue sociétal, les maladies mentales sont perçues comme ‘déviantes’ car elles ne rentrent pas dans la norme. Les personnes souffrant de troubles post-traumatiques ou de dépression ne sont donc pas logées à la même enseigne que les autres.

  • Aspect économique


L’aspect financier n’est pas négligeable effectivement, consulter régulièrement un thérapeute peut peser lourd pour les petits budgets. C’est pourquoi ce métier devrait être plus institutionnalisé de façon à ce qu’une consultation chez un spécialiste puisse se faire à moindre coût.


Les recherches le démontrent, les gens sont de plus en plus dépressifs et se tournent vers les comprimés au lieu des thérapies. Les antidépresseurs sont efficaces mais peuvent devenir facilement addictifs. L’avantage d’une thérapie est qu’à la fin de cette dernière vous regagnez votre autonomie.


Certains peuvent émettre l’argument selon lequel ils n’ont pas besoin d’aller en thérapie car leurs proches les soutiennent, ce qui est vrai dans une certaine mesure. Si vous connaissez quelqu’un qui est prêt à vous écouter et vous prodiguer de bons conseils, alors n’allez pas en thérapie.


Cependant l’avantage avec le thérapeute est qu’il n’aura pas nécessairement un avis biaisé. Les réponses de nos proches dépendent de leur propres circonstances personnelles tandis que le thérapeute a reçu une formation pour supprimer au maximum cet enclin à s’identifier à travers autrui. De plus, le thérapeute est à même de performer plusieurs méthodes pour vous mener à la ‘guérison’.


Il faudrait déjà comprendre qu’un certain niveau de confiance entre le patient et le thérapeute est nécessaire pour faciliter la thérapie. Oui, le patient est très vulnérable à ce moment mais c’est à travers ce processus que ce dernier trouve le chemin vers la joie de vivre.


En se dévoilant totalement (ou partiellement), il peut suivre plus facilement les étapes qui le mèneront au renforcement de son état mental et enfin à la guérison dans la plupart des cas.


*Article originellement publié sur la plateforme de blogging de l'UNICEF, La Voix Des Jeunes.*

© 2016 - 2020 Gabthinker